vendredi 11 février 2011

Afghanistan.


Pour ce post, on change un peu de registre, j'aborde un sujet un plus "grave"...
Aujourd'hui, à Amsterdam, a eu lieu le World Press Photo Award 2010, concours qui récompense les meilleurs clichés journalistiques de l'année qui vient de s'écouler.
Pour cette édition, c'est Jodi Bieber (tout commentaire sur la ressemblance du nom de famille avec voussavezqui se verra supprimé, le GIGN se pointera chez son auteur pour le forcer à regarder TF1 tous les soirs jusqu'au restant de ces jours, sous peine d'envoyer le chat à Guantanamo. Ceci n'est pas une plaisanterie.) qui l'a emporté, avec cette photo saisissante :


Je ne sais pas vous, mais j'ai découvert cette photo il y a plusieurs mois et je ne l'ai jamais oublié...
La jeune fille, Bibi Aisha, est une afghane mutilée par son propre mari - taliban - après une condamnation du tribunal ! Son crime ? Avoir quitter le foyer après de mauvais traitements.
D'abord recueillie par un camp de femmes réfugiées, elle vit aujourd'hui aux Etats-Unis. Des médecins se sont mobilisés pour lui offrir un nouveau nez, ainsi que de nouvelles oreilles (coupées également), l'opération est en attente (aujourd'hui, elle porte une prothèse nasal).

Quel beau visage...


Bien sur, la photo d'une jeune afghane faisant la couverture d'un magazine, ce n'est pas la première fois...

Charbat Goula, "L'Afghane aux yeux verts", immortalisée par Steve McCurry en 1984 est devenue le symbole de la force face à la guerre afghane. Elle a fait la couverture de National Geographic.

2 mood(s):

CottonCloud a dit…

Je n'avais jamais vu la photo de cette jeune femme... Encore une qui aura vécu un drame horrible :(. C'est tout de même super qu'on ai pu lui offrir un nouveaux nez et de nouvelles oreilles, même si ça n'enlève en rien la souffrance et le traumatisme...

Elle est superbe en plus :(.

Tout comme cette jeune fille dont on a vu la photo pendant des années avec ses beaux yeux :).

Mali rêve... a dit…

Et comment nous rappeler qu'on devrait s'interdire ou du moins se raisonner quand on a envie de se plaindre pour des conneries...