jeudi 10 février 2011

Le top 13 des traductions de slogan les plus merdiques

Bon, on a un problème.
Mesdames, messieurs, lorsque vous lancez votre produit dans un pays, ne faites pas appel au stagiaire ou à Robert-qui-a-le-bureau-à-côté-de-la-machine-à-café pour vos traduction de slogans, car parfois, bonjour le massacre...
Allez, un top 13, dont le mérite ne me revient pas, mais à maplanete.ch


  1. Parker Pen a lancé sur le marché mexicain un stylo à bille dont le slogan aurait dû être “il ne coulera pas dans votre proche et ne vous embarrassera pas”; la société a pensé que “to embarrass” se traduisait par “embarazar” en espagnol… sauf que “embarazar” signifie “faire un enfant à”…
  2. La marque scandinave Electrolux a lancé une campagne publicitaire aux USA avec le slogan: “Nothing Sucks like an Electrolux.” – qui peut se lire comme “Rien n’aspire comme un Electrolux” (la pub était pour un aspirateur) ou “Rien n’est aussi nul qu’un Electrolux”… puisque l’expression “it sucks” signifie aussi “c’est nul”, “ça craint”-
  3. La société Clairol a lancé sur le marché allemand un fer à friser appelé “Mist Stick” et a très vite découvert qu’en allemand, “Mist” veut dire “fumier” (Miststück = salaud, ordure).
  4. Coors (qui produit de la bière) a traduit son slogan “Turn It Loose” (litt. lâcher la pression dans le sens de prendre du bon temps) en espagnol, ce qui a donné “Souffrir de la diarrhée”. Pas terrible pour une boisson…
  5. Le slogan de Pepsi “Come Alive With the Pepsi Generation” a été traduit en chinois, ce qui a donné “Pepsi fait sortir vos ancêtres de la tombe”.
  6. Quand la société Gerber a commencé à vendre des produits pour nourrissons en Afrique, elle a utilisé le même emballage que celui vendu aux USA, avec un bébé souriant sur l’étiquette. Plus tard, elle a découvert que dans certains pays africains, compte tenu du faible taux de lettrisme, on met souvent sur les étiquettes une image ou une photo représentant le contenu de l’emballage…
  7. Colgate a essayé de lancer sur le marché français un dentifrice nommé “Cue”.
  8. Pour vendre ses poulets sur le marché latino-américain, la société Frank Perdue a traduit son slogan “It takes a strong man to make a tender chicken” (“Il faut un homme costaud pour faire un poulet tendre”) en espagnol, et c’est devenu “it takes an aroused man to make a chicken affectionate.” (“il faut un homme excité pour faire un poulet affectueux”).
  9. Quand American Airlines a voulu faire de la pub pour ses vols en première classe sur le marché mexicain, ils ont traduit leur slogan “Fly in Leather” (“Volez dans du cuir” – en référence au cuir des sièges, évidemment) en espagnol par “Vuela en Cuero”, ce qui signifie “Volez nus”.
  10. Un fabricant de t-shirts de Miami a imprimé des milliers de t-shirts pour le marché latino pour célébrer la visite du Pape. Malheureusement, une erreur s’est glissée et au lieu de “Vi el Papa” (“j’ai vu le Pape”), on pouvait lire “Vi la Papa” (“j’ai vu la patate”).
  11. L’Association des producteurs de lait américains a lancé la fameuse campagne “Got Milk ?”. Face au succès obtenu, elle a voulu étendre la campagne au Mexique, mais la traduction a donné un slogan pour le moins ambigu: “Are you lactating?” càd “Donnez-vous du lait?” (Ou “Êtes-vous en période de lactation”).
  12. General Motors a connu un fiasco mémorable lorsqu’elle a voulu lancer en Amérique latine sa voiture “Nova”, puisque “no va” en espagnol signifie “ça ne va pas” (ou “ça ne marche pas”).
  13. Quand Coca-Cola s’est lancé sur le marché chinois, le nom du produit a d’abord été “Kekoukela”, ce qui signifie en gros “Mords le crapaud en cire” ou “Jument fourrée à la cire”, selon les dialectes. Coca-Cola a alors fait des recherches parmi 40 000 caractères pour trouver un équivalent phonétique et a opté pour “Kokoukole”, qui peut se traduire par “Bonheur dans la bouche”. C’est toujours mieux qu’un crapaud en cire…

2 mood(s):

Anaïs a dit…

C'est incroyable que de si grandes entreprises se soient lancées dans ces publicités sans études plus approfondies... J'aime bien la voiture Nova !

CottonCloud a dit…

Je rigolais toute seule en lisant cet article hier.

C'est un peu comme les photos de pub qui sont trop retouchées et qui ne ressemblent plus à rien parce qu'ils ont rajouté plein de défauts bien trop visibles : je ne comprends pas comment on peut en arriver là... Si on ne sait pas traduire, on ne traduit pas, non ?